News

Non aux OGM dans l'agriculture jurassienne

Mardi 21 Avril 2015

Mardi 21 Avril 2015

Les organismes génétiquement modifiées (OGM) et les dérives de leur production refont parler d’eux. Plusieurs émissions télévisées diffusées récemment ont de quoi interpeler tant le producteur que le consommateur.

La question des OGM est d’actualité sur le plan cantonal avec la consultation en vue de l’interdiction des OGM dans l’agriculture jurassienne. A l’issue du moratoire fédéral interdisant les OGM à fin 2017, l’interdiction cantonale ne serait semble-t-il valable que moyennant une base légale sur le plan suisse. Mais qu’importe. Aujourd’hui, il s’agit d’abord d’adresser un signal à la Confédération à l’encontre des OGM, à l’instar de ce qu’ont fait les cantons du Tessin et de Fribourg.

Tant que les OGM n’apportent pas d’améliorations fondamentales pour la production et que les risques sur l’environnement et la santé humaine et animale ne sont pas clairement écartés, il n’y a pas lieu de les autoriser dans l’agriculture jurassienne ni même suisse. De surcroît, à deviner le rôle de l’agrochimie en lien avec les OGM, il n’y a pas lieu de s’attendre à une révolution quant aux avantages des OGM pour l’agriculture ou le consommateur.

De par le moratoire en vigueur, l’agriculture suisse et jurassienne peuvent se positionner par une production exempte d’OGM en visant ainsi une stratégie qualité et la valeur ajoutée, en offrant au consommateur la possibilité de choisir une alimentation non-OGM. Cette voie semble la plus avantageuse pour le futur à moins que les OGM évoluent positivement et de façon telle qu’une reconsidération de l’interdiction s’imposerait. Il est cependant bien clair que la question d’une interdiction, bien que traitée sur le plan jurassien, doit évidemment être réglée au niveau suisse.

Michel Darbellay, directeur CJA

Derniers articles