Marché de bétail

Directives

Identification des bovins

Les bovins conduits sur les marchés publics ou directement aux abattoirs doivent absolument disposer de deux marques auriculaires complètes et concordantes. Le détenteur de l’animal est responsable de la vérification des deux marques auriculaires, non seulement du numéro à quatre chiffres mais aussi et surtout du numéro complet. Cette vérification doit se faire lors du marquage des veaux et lors de toute acquisition de bétail. A défaut, il n'est pas exclu que deux marques différentes puissent se croiser et que cela ne se remarque que trop tard, à l'abattoir. Le détenteur assume l’entière responsabilité en cas de non-conformité sur ce point aux abattoirs.

Inscriptions aux marchés

Les inscriptions doivent se faire au moins 10 jours avant le marché auprès du Service de l'économie rurale, soit par e-mail (production-animale@jura.ch), fax (032 420 74 01) ou par téléphone (032 420 74 12).

Il y lieu de préciser la catégorie de l’animal et si ce dernier est au bénéfice de l’Assurance qualité viande (AQ-Viande) ou d’un label et, si oui, lequel.

L’ECR se réserve le droit de supprimer la contribution pour les animaux inscrits en retard ou non-inscrits.

Le jour du marché, l’animal doit être présenté avec les deux marques auriculaires BDTA complètes et concordantes. Les documents suivants doivent être présentés :

  • Formule d’inscription jaune remplie pour chaque animal
  • Certificat d’origine, s’il existe
  • Document d’accompagnement pour animaux (vignette d'éventuels labels)

Le règlement CJA marchés publics de bétail bovin ainsi que les prescriptions marchés de bétail ECR font foi.


Prévention de l'abattage d'animaux
en gestation

A compter du 1er février 2017 - L’abattage d’animaux de l’espèce bovine en gestation est sujet à controverse. L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires a donc réalisé, pendant une certaine période, une étude sur ce thème dans divers abattoirs.

Le sondage mené auprès des propriétaires d’animaux concernés a montré qu’aujourd’hui, seuls 30% des détenteurs d’animaux font faire un examen de gestation avant de vendre leurs animaux. Diagnostics de gestation absents ou opaques, problèmes de fertilité mal diagnostiqués, saillies naturelles incontrôlées ou commerce intermédiaire accompagné de lacunes au niveau des informations données aux nouveaux propriétaires des animaux sont de possibles explications au fait que les animaux sont abattus malgré leur état de gestation.

Un groupe de travail dirigé par Proviande a élaboré une information technique sur la prévention de l’abattage d’animaux de l’espèce bovine en gestation sous la forme d’une solution sectorielle. Les entreprises et organisations suivantes étaient représentées au sein de ce groupe de travail:

Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, Communauté d’intérêts des marchés publics, Bell Suisse SA, Micarna SA, Groupe spécialisé Abattoirs industriels, Union Professionnelle Suisse de la Viande, Vache Mère Suisse, Union Suisse des Paysans, Syndicat suisse des marchands de bétail, Protection Suisse des Animaux PSA.

A relever que depuis plusieurs mois déjà, le début de la gestation doit être indiqué sur la feuille d'inscription des marchés jurassiens.

Publicité